Le centre historique du Vietnam

  Hué   Nous rejoignons Hué par le train de nuit. Le TGV comme ils l’appellent ici (train à grandes vibrations) ne va pas très très vite, mais les cabines […]

 

Hué

 

Nous rejoignons Hué par le train de nuit. Le TGV comme ils l’appellent ici (train à grandes vibrations) ne va pas très très vite, mais les cabines de 4 personnes sont plutôt confortables. Après 16h de trajet (au lieu de 13H…) on arrive à bon port.

Histoire de se mettre en jambe, nous commençons la découverte de la ville par ses extérieurs à vélo. Selon Emilie, Jess sur son vélo trop grand ressemble à un crapaud sur une boite d’allumette ou bien à une allumette sur un crapaud…

Après avoir stresser un peu pour traverser la ville et sa circulation, on prend des petits chemins. On passe au travers des rizières, les familles préparent le Têt dans leur maison et les enfants sont ravis de nous montrer comme ils parlent bien anglais en criant « hello ». La balade est vraiment très agréable. En cours de route on visite la pagode Thiên Mu avec sa haute tour évoquant les 7 réincarnations de Bouddha. Pour rentrer on emprunte la voie fluviale pour mini croisière sur la rivière des parfums. On trouve que le titre de « croisière sur la rivière des parfums » fait un peu trop rêver….

 

 Cliquez sur les images 

 

Le lendemain nous partons à la découverte de la cité impériale. La ville a beaucoup souffert de la guerre et un certain nombre de bâtiments sont en cours de rénovations. Il se dégage de ce lieu un petit « je ne sais quoi » apaisant et mélancolique. La cité et ses jardins méritent bien quelques heures pour en faire le tour.

 

Cliquez sur les images 

 

Hoi An

 

Accompagné de notre guide pour les jours à venir, Hai, nous faisons le trajet entre Hué et Hoi An en voiture. La route qui longe des petites criques d’un côté et la montagne de l’autre est magnifique.

 

Cliquez sur les images 

 

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Hoi An est un petit bijou qui a eu la chance d’être épargnée par la guerre. La vieille ville a résisté au temps (mais pas au tourisme), les bâtiments anciens de divers styles architecturaux (chinois, japonais, français), le pont japonais, les jolis bateaux sur la rivière ocre, les célèbres lampions, on trouve ici une ville pleine de couleurs.
Après une visite de la ville, on prend un bateau pour se rendre au village des potiers. Ayant en mémoire la balade dans le quartier artisanal de Hanoi, on était plutôt emballés de prime abord. On a vite déchanté… L’organisation est parfaite pour « toucher » le touriste occidental afin qu’il laisse quelques sous : les jeunes filles avec un bébé dans les bras vendent une babiole à un prix exorbitant en indiquant que c’est pour nourrir le petit ; le travail en atelier est effectué soit par mamie, on précise bien qu’elle à 85ans, soit par des enfants…. Le tout pour vendre des produits qui manifestement ne sont pas fait sur place…. Bref on est ressorti mal à l’aise, le voyeurisme organisé et rémunéré, c’est pas pour nous….

 

 Cliquez sur les images 

 

Le lendemain, on monte notre « cheval de fer » aux freins quelque peu douteux pour une nouvelle balade au travers de la campagne. Là encore, on adore! Le long de la rivière la végétation est magnifique et luxuriante. On fait une halte dans une sorte de coopérative d’état de maraichers bio. Les explications sur le fonctionnement sont intéressants, même si Jess transpose la situation et imagine des touristes en France aller visiter les fermes agricoles….. En tout cas, le déjeuner qui suit est succulent et on passe un très bon moment à discuter la grand-mère de la famille qui se marre tout le temps (on dirait un personnage de manga avec 30 ans de plus!) et qui n’hésite pas à ce moquer gentiment de nous, enfin surtout de Vincent et ses poils!

 

On laisse là Hai afin qu’il retrouve sa famille pour fêter la nouvelle année ce soir. Sur la route du retour on s’arrête à la plage pour se prélasser devant un ice coffee.

 

Cliquez sur les images