Happy New Year from Kochi!

  Nous avons choisi de finir 2013 et de commencer 2014 en Inde du sud, allant de Kochi à Chennai en un peu plus de 3 semaines. En arrivant, nous […]

 

Nous avons choisi de finir 2013 et de commencer 2014 en Inde du sud, allant de Kochi à Chennai en un peu plus de 3 semaines.

En arrivant, nous baignons rapidement dans l’ambiance indienne dès la montée dans le taxi : musique indienne remasterisée à fond, figurine hindoue sur le rétro, guirlande de fleurs fluos sur le tableau de bord et beaucoup de difficulté à comprendre l’anglais du chauffeur…

Beaucoup plus calme que la plupart des grandes villes indiennes, Fort Kochi est une bonne base pour se mettre tranquillement dans le bain.

On en profite donc pour se balader, entre un dédale de minuscules ruelles et de grandes avenues. A la pointe de la ville on trouve les carrelets chinois, gigantesques filets de pêche sur pilotis en bois. A quelques mètres d’eux, vendeurs en tous genre occupent les trottoirs proposant du poisson fraichement pêché, du jus de palme ou encore des petites marionnettes.

 

Après un bref tour au Dutch Palace qui retrace l’histoire de la ville, un super déjeuner dans une échoppe pour 2€ à 2, on traverse Jew Town et ses bazars pour rentrer. A même le sol, les cordonniers s’activent alors que des femmes pétrissent leur pâte (à nan??).

Cliquez sur les images

 

 

En ce 31 décembre, nous découvrons les traditions locales pour enterrer l’année écoulée et accueillir la nouvelle. Les habitants mettent un mannequin de père Noël devant leur maison afin de le faire bruler à minuit. Afin de financer tout ça et d’acheter pétards et feux d’artifices, les enfants demandent quelques pièces aux passants.

 

Le soir venu c’est l’euphorie dans les rues, ça pétarde dans tous les sens, ça court, ça crie… On croise une procession plutôt hétéroclite constituée d’hommes en pagne tapant sur des tambours ou dansant comme s’ils étaient en transe, puis un cortège tiens des bougies et enfin de grands parapluies annoncent une statue de la vierge. Tout ce beau monde se rend à l’église, qui avec ces guirlandes lumineuses de partout rendrait jaloux un sapin!

 

Histoire de faire une pause, on trouve un resto qui a de la place. On engage rapidement la discussion avec la table d’à côté, un couple de français et leurs deux enfants. Ils attendent depuis 3 plombes qu’on prennent leur commande, et morts de soif ils décident de changer de crèmerie. Ils sont sympas donc on les suit! Après dîner on boirait bien un coup mais ne trouve rien proposant de l’alcool. Et oui, en Inde les gens ne boivent pas, très peu de bars sont autorisés à servir de l’alcool. C’est même interdit dans certains états. On fini quand même par tomber sur une maison, où ils vendent quelques bières à l’étage. L’endroit est magnifique mais la déco est dans le style « épuré » : des seaux servent de frigo, une petite table de comptoir et de caisse, on se croit à la kermesse! Dans une grande salle, un lit pliant plié (?!), quelques fauteuils et 2 tables….. Quoi qu’il en soit on passe un réveillon bien accompagnés et très sympa! On rentre très très tard (au moins 1H15, hou!!!!!! ça fait bien longtemps qu’on s’est pas couchés aussi tard!) et Jess se sent un peu seule, beaucoup de monde dans les rues mais pas une femme, que des hommes…

 

Cliquez sur les images

 

 

Le 1er janvier à Kochi c’est Carnaval! Dans les rues le monde arrive petit à petit. La tête haute et le sourire large, les enfants (et quelques grands) viennent nous serrer la main en criant quelque chose qui ressemble à « happy new year ». L’ambiance est bonne enfant, on sent que c’est un grand évènement qui est prévu à 15h! Sauf qu’à 16h30, le carnaval il n’arrive toujours pas, nous on en peut plus en plein cagnard debout au milieu de la foule, donc on rentre. De la chambre on entend le cortège arriver pas loin d’une heure plus tard, et quand on ressort, à 19h on voit les derniers chars passer au milieu d’une marée humaine… C’est juste hallucinant on suppose que 99% des habitants de la ville (et les villes sont grandes et surpeuplées en Inde…)  sont dans la rue, à crier, danser et souffler dans divers trucs qui font du bruit.

 

Cliquez sur les images

 

 

Pour rester dans une ambiance « artistique », nous participons à une démonstration de Kalaripayat, art martial ancestral qui s’inspire du yoga. La souplesse, rapidité et puissance de ces jeunes hommes ne donnent pas trop envie de les embêter…. Par contre, notre appareil photo en étant dans une salle de spectacle s’est senti obligé de faire de l’art lui aussi. Le thème :   » quand le mouvement s’épanouit par le flou et la transparence « …. C’est un style pas vraiment à notre goût, mais bon….

 

Cliquez sur les images