Hanoi, authentique bordélique

  Hanoi, ce devait être le lieu des retrouvailles…. La maman, le beau-père de Jess et Emilie, une amie, devait nous rejoindre pour 15 jours. Malheureusement, des soucis de santé […]

 

Hanoi, ce devait être le lieu des retrouvailles…. La maman, le beau-père de Jess et Emilie, une amie, devait nous rejoindre pour 15 jours. Malheureusement, des soucis de santé de dernière minute ont empêché la famille de venir…. Un peu triste de ne pas pouvoir câliner sa maman, mais rassurée de la savoir tout de même en bonne santé, Jess retrouve sa copine.

 

La capitale administrative du Vietnam, comme la plupart des grandes villes asiatiques, c’est la « rue ». Pas forcément besoin de visiter au sens propre du terme, déambuler dans les rues suffit. Le bruit, les klaxonnes, les milliers de scooters, les cafés et bouibouis sur les trottoirs, les femmes leur chapeau chinois et leurs palanques… Le spectacle est fascinant. Il faut ressentir… Il faut un peu de temps pour s’habituer… Il faut aussi apprendre à traverser la route!  Ne pas attendre qu’on vous laisse passer, ça n’arrive pas! On regarde le flux intense, on respire et on se lance! Doucement, on fait plusieurs pauses au milieu de la route, les scooters slaloment autour de nous. Bizarrement, ça passe sans problème..

 

 

 

La vieille ville est superbe avec ses maisons tubes, appelées ainsi car elles ont une façade extrêmement étroite donnant sur la rue pour la devanture du commerce. Les immeubles ne dépassent que rarement les 4 étages, les rues sont remplies de vendeurs ambulants et le passé n’est jamais très loin. Ici, chaque rue, chaque trottoir a sa spécialité : une rue dédiée aux chaussures, une rue pour acheter des offrandes, une autre pour les fleurs fraiches ou en plastoc’, une autre pour la quincaillerie, etc. Nous sommes en pleine période du Têt (nouvel an vietnamien), l’euphorie est d’autant plus intense, avec des étals de déco chinoise.

 

 Cliquez sur les images

 

Hanoi c’est aussi le paradis du gourmet en mode street food. Partout, les trottoirs sont saturés de mini tabourets en plastique sur lesquels les gens s’installent pour boire une bière ou déguster un pho (soupe vietnamienne). Ca ne coûte rien et même si on ne sait pas vraiment ce qu’on mange (on espère juste que c’est pas du chien….) c’est délicieux!

 

  Cliquez sur les images

 

Au nord du lac, nous traversons le marché de nuit, remplis d’étals exposant leurs breloques. Cette rue mène à un autre marché, couvert, mais uniquement de jour. 

 

 Cliquez sur les images

 

Pour se reposer de ce brouhaha, rien de mieux que de flâner autour du lac Hoan Kiem et de se rendre au temple Ngoc Son. Certains viennent faire des offrandes et prier, d’autres jouent…

 Cliquez sur les images

 

Ou bien visiter le temple de la littérature, confucianiste, constitué de jardins avec plusieurs cours qui s’enchainent et des bâtiments traditionnels. Le lieu sert de studio photo, plusieurs vietnamiennes sont sur leur trente et un en habit traditionnel, accompagnées d’un photographe, plus ou moins amateur…

 

  Cliquez sur les images

 

Devant être en famille et en pleine période du Têt, nous avons abandonné notre rythme routard et sommes passés par une agence pour l’organisation de certaines journées, les réservations des transports et des hôtels. A cette occasion nous passons donc une journée en compagnie de Binh. La partie la plus sympa de cette journée est le village (c’est à dire la périphérie de Hanoi..) de potiers. En sillonnant la bourgade, on entre simplement dans des maisons, on discute avec des artisans qui ne font que de la production de gros, donc qui n’ont rien à nous vendre, et c’est très bien! Puis on déjeune au sein d’une adorable famille d’un certain âge, qui nous montre les traditions culinaires pour la fête du Têt. Après le succulent repas, les femmes de la famille se réjouissent de nous faire visiter toute la maison, et surtout de nous montrer les photos d’eux et de leurs enfants. 

 

  Cliquez sur les images